lundi 15 février 2010

En hiver, rien de tel qu'une bonne soupe !

Qu'est-ce qu'un soupeur ?

C'est une question existentielle à laquelle je vais m'empresser de vous répondre.
En fait, le terme de "soupeur" s'applique à deux types d'adeptes de pratiques "spéciales".

Variante numéro 1 - Le creampie eater

On appelait en effet "soupeur" un client des maisons closes qui se proposait de récolter la semence déversée dans les prostituées... appétissant non ? Est-ce que vous visualisez bien le personnage qui s'empresse de "nettoyer" à même la toison, se délectant du nectar laissé ici quelques minutes avant par un client... De nos jours ces soupeurs sont obligés de se faire des mister freeze avec les capotes trainant autour des J9... c'est plus ce que c'était !

La définition exacte proposée par  le Dictionnaire des fantasmes et perversions de Brenda B. Love (Éditions Blanche, 2000) :
« On désignait du terme « soupeur » les habitués des maisons closes qui pratiquaient, moyennant finance, la « toilette des dames » après qu’elles aient reçu leurs clients. Dès qu’une passe était terminée, la « mère maquerelle » appelait un soupeur qui allait recueillir le sperme sur la peau où dans les orifices de la prostituée. On appelait également cette pratique : « faire dinette ». »

Variante numéro 2 - La fondue Jacob Delafon

Mais on utilise plus couramment le terme de "soupeur" pour désigner les personnes affectant de manger de la nourriture imbibée d'urine. Légende urbaine ou pas, il paraitrait qu'on trouvait encore il y a peu des quignons de pains dans certaines pissotières parisiennes. Pensez à vérifier avant de pisser et si vous trouvez un morceau de pain ayez une pensée amicale pour le soupeur qui récoltera ce croûton et l'aspirera de son essence avec un plaisir non dissimulé.


Soupeur (n,m) : Individu qui laisse volontairement un quignon de pain dans les urinoirs publics pour ensuite le manger.
On trouve différents types de soupeurs.
  • Il y a d'abord le soupeur occasionnel. Celui-ci se rend lorsqu'il a une petite faim dans les toilettes publiques pour saucer son pain à même les urinoirs, pour ensuite le déguster.
  • Il y a le soupeur gourmand, qui lui laisse son quignon de pain quelques heures dans les urinoirs, et attend que la mie soit bien gonflée d'urine avant de la déguster.
  • Il y a le soupeur radin, qui fait la fermeture des urinoirs. Il utilise généralement du pain de mie ( plus économique ), et ne laisse pas une goutte. Le soupeur radin a horreur du gâchis. Aussi, si le soupeur radin n'a plus de pain, il n'hésitera pas à utiliser sa langue. Il pratique souvent un marché avec les agents d'entretien.
  • Il y a le soupeur de luxe, qui n'officie que dans les grands hôtels, ou les palaces. Celui-ci, à l'image des amateurs de vin, connaît exactement les nuances de saveur des effluves d'urine. Il n'utilise que du pain complet, seigle et lin, et jamais une vulgaire baguette.
  • Il y a le soupeur vicieux, qui choisit l'urine selon l'individu. Il se cache généralement près des urinoirs, et attend qu'un individu lui plaise avant de sortir discrètement son pain. Il officie généralement très vite. Il arrive au soupeur radin de ne pas pouvoir contrôler sa pulsion et de commencer sa dégustation avant même que l'individu ait terminé d'uriner. Le soupeur vicieux est reconnaissable aux nombreuses marques de coups qu'il porte sur le visage.
  • Il y a le soupeur de masse. Le soupeur de masse suit le même principe que le soupeur gourmand, à la différence près qu'il ne déguste pas son met immédiatement. Il le ramène chez lui pour en faire du pain soupé. Une recette proche du pain perdu, avec un ingrédient supplémentaire, vous l'aurez deviné.
  • Il y a le soupeur fétichiste. Le soupeur fétichiste suit le même principe que le soupeur occasionnel, à la différence près qu'il se rend ensuite aux toilettes pour dames dans la visée de fouiller dans les petites poubelles réservées aux serviettes hygiéniques. Le soupeur fétichiste est friand de pertes blanches.
  • Il y a enfin l'homosoupeur. L'homosoupeur déguste sa propre urine.

Le super groupe FaceBook d'où je tiens cette belle définition :
http://www.facebook.com/group.php?gid=40145612090

Sources :
Wikipedia
Archet.net

Et merci à Will Wankalot qui, le premier, m'a appris ce qu'était un soupeur... ce poète me manque !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire